Pays Médoc

Vrai ou Faux ?

Les avis les plus fréquents à propos du Projet du Parc naturel régional Médoc.

Le Pnr Médoc va bloquer les projets économiques /  FAUX  

L’objectif d’un parc naturel régional est la dynamisation d’un territoire. Les entreprises agricoles,
industrielles, touristiques, les commerces, les activités artisanales... sont compatibles avec
le classement Pnr. Leur présence et leur développement sont non seulement souhaités mais
accompagnés.

Il y aura plus d'interdictions et moins de libertés. /  FAUX  

Les parcs naturels régionaux n’ont pas de pouvoir de réglementation. Ils ne peuvent ni
contraindre, ni obliger.

On ne pourra plus pêcher ni chasser. /  FAUX  

Chasse, pêche, sports de plein air... le Pnr n’est contraire avec aucune de ces activités. A l’inverse,
il participe au maintien des activités qui forgent l’identité du territoire.

On va encore ajouter une nouvelle couche administrative. /  FAUX  

Le Pnr Médoc prendra la place du Syndicat mixte Pays Médoc qui sera dissout. Le nouveau
Syndicat mixte sera composé d'acteurs publics dont la Région, le Département, les communautés
de communes... mais les collectivités médocaines seront majoritaires.

Il peut y avoir des réserves naturelles à l'intérieur d'un Pnr. /  VRAI 

Des réserves naturelles existent déjà en Médoc, telles que l'étang de Cousseau et les Dunes
et Marais d’Hourtin. Elles sont gérées de manière autonome. Le Pnr pourra jouer un rôle de
facilitateur entre l'ensemble des réserves du territoire. Mais il n'a pas vocation à en créer d'autres.

Les mairies ne vont plus pouvoir décider de quoi que ce soit. /  FAUX  

 L’instance qui anime le Pnr est un syndicat mixte qui n’a pas de pouvoir de tutelle sur les mairies.
Le Pnr s’est construit en concertation avec les collectivités du territoire, les communes adhérentes
à la charte participeront aux instances de gouvernance et de concertation du futur Pnr.

Il peut y avoir des choses pas naturelles dans un Pnr ? /   VRAI 

Un Pnr est un territoire habité, non figé. La nature a été et continue à y être modelée par l’homme.