Pays Médoc

Ostréiculture et gemmage

L’innovation en Médoc emprunte des voies qui valorisent les potentiels qu’il recèle. Elle revisite également les activités anciennes.

Le premier exemple est celui de la réimplantation de l’ostréiculture dans les marais du Nord de la presqu’île médocaine, grâce à un travail conjoint de la Communauté de Communes Pointe Médoc et du CPIE Médoc. Cette activité ancienne, faisait vivre, dans les années 1960, plus de 1000 familles médocaines entre la culture, l'élevage et l'affinage. Longtemps, les petits ports de l'estuaire (Saint-Vivien-de-Médoc, Talais, Soulac-sur-Mer...) ont dédié leur activité au commerce de l'huître. Mais depuis la fin des années 90, cette production a été interdite suite à une pollution au cadmium dans les eaux de l'estuaire. En 2014, avec l’appui du CPIE Médoc, une longue série d’analyses a conclue à l’aptitude des eaux à accueillir de nouveau la culture de l'huître. L'affinage de l'huître dans les marais médocains est de nouveau autorisé. Les ostréiculteurs du Médoc sont à pied d'œuvre pour expérimenter la reprise de cette activité ancestrale.

Télécharger le fichier (le Renouveau de l’ostréiculture dans les marais du Nord Médoc)

Le deuxième exemple concerne l’utilisation des produits dérivés du pin et notamment la résine, en réinvestissant la technique du gemmage. Cette activité, arrêtée depuis des décennies dans le massif landais, suscite aujourd’hui un intérêt nouveau tant les débouchés de la chimie « verte » sont nombreux (produits pharmaceutiques, cosmétiques, adhésifs…). Une expérimentation est actuellement en cours au Porge et s’appuie notamment sur un procédé de récolte inventé par un gemmeur porgeais.

Pour tout renseignement, contactez :

Christine ALAMI, Chargée de mission Développement économique et LEADER
economie@pays-medoc.com / 05 56 73 22 24 (LD)