Les données clés de l'aménagement et du développement économique en Médoc

Vous êtes ici :   Accueil > Pays Médoc pratique > Aménagement et développement économique > Les données clés

 

Les grandes tendances

L'emploi

En 1999, le nombre d'emplois hors agriculture est de 23 158 ; en 2006, il s'élève à 25 769, soit en 7 ans un gain de 2 611 emplois.

Sur ce registre, un autre chiffre mérite attention : 37 262. Il représente le nombre d'actifs ayant un emploi et résidant sur le périmètre du Pays Médoc.

Cela signifie qu'il y a 11 493 actifs résidant en Médoc et travaillant hors du périmètre du Pays. L'indicateur de concentration est de 69%. En 1999, il était de 73%.

 

Le chômage

Pour avoir une idée plus précise des variations annuelles, il importe de partir de la base INSEE issue du recensement 2006.

Au sens du recensement est chômeur toute personne de 15 ans ou plus qui a déclaré ni emploi, ni parcours de formation.

 

  Nombre de chômeurs au sens du recensement
Année Nombre % Total % Hommes % Femmes
  1999 5.109 13,9 % 10,3 % 18,3 %
  2006 4.724 11,3 % 8,7 % 14,3 %

 

Fin 2009, chiffres du Service Public pour l'Emploi Local (SPEL) :

Evolution des Demandeurs d'Emploi en Fin de Mois (DEFM) catégorie A. B. C. : 4 472 soit +18,1% par rapport à 2008. Evolution annuelle des DEFM longue durée : 1 530 soit +23,5 %

 

 

Plus de détails dans le diaporama ci-dessous (source : INSEE)

 

 

Où sont les grands secteurs d'activité ?

Les secteurs historiques

 

L'économie traditionnelle du Médoc, celle qui est implantée depuis deux siècles, est organisée autour de la viticulture et de la filière bois.

 

Ces deux secteurs peuvent être considérés comme des secteurs localisés de production, ils en présentent bien des caractéristiques.

 

En effet, ces filières, réparties sur un espace géographique délimité, ont peu à peu développé une interaction entre l'organisation de la filière et l'organisation sociale du territoire qui a pendant longtemps déterminé la structuration de l'économie et l'évolution des processus sociaux.

 

 

L'économie résidentielle

 

La sphère de l'économie résidentielle comprend les services aux particuliers, la construction, la santé, le commerce de détail, le transport, l'action sociale.

 

Elle répond à des besoins endogènes, proximité, voire domestiques.

 

Dans l'économie résidentielle, alimentée par les revenus que les résidents (habitants, visiteurs) dépensent sur le territoire, l'emploi suit la population.

 

 

Etablissements selon les 3 sphères de l'économie au 31.12.2006

Ensemble  5.202 % Postes salariés 14.662 %
  Sphère productive 1.231 23,66%   3.388 23,1%
  Economie résidentielle 3.705 71,23%   7.605 51,9%
  Fonction publique 266 5,11%   3.669 25%

 

 

A l'intérieur de l'économie résidentielle, la place des services devient prépondérante comme l'indique ce tableau.

  Nombre d'entreprises par grands secteurs d'activité fin 2007
Total 4.014 Evolution 2000-2007
  Industrie 304 -
  Construction 743 +25,7%
  Commerce 976 +10,7%
  Services 1.996 +36,0%

 

 

La sphère productive en Médoc

Composée de l'industrie, du secteur de l'énergie, des services aux entreprises, de la logistique, du commerce de gros, et plus généralement des établissements dont l'activité est orientée vers les marchés extérieurs au territoire local, la sphère productive est alimentée par l'entreprise, ici l'emploi suit l'entreprise.

 

C'est bien évidemment la partie de l'économie la plus exposée aux contraintes et aux chocs de l'économie mondialisée.

 

 

La filière bois

 

Avec 135 000 hectares, le massif forestier médocain couvre 2/3 de la presqu'île. Bien mis à mal par les tempêtes de 1999 et de 2009, la filière bois continue à exercer un rôle économique non négligeable.

 

Gestion sylvicole et production génèrent plus d'une trentaine d'établissements tournés vers les travaux forestiers, une organisation des propriétaires, via le Groupement de Productivité Forestière, anime le massif. Tout cela justifiant de la présence à une station dédiée à la recherche/développement où collaborent l'AFOCEL - l'INRA - FORELITTE.

 

Une dizaine d'établissements continuent à développer une activité de sciage pour la première et deuxième transformation.

 

L'ensemble de la filière représente 1 million de m3/an et 700 emplois.

 

Cependant la filière bois en Médoc reste très dépendante de l'industrie de la pâte à papier qui engloutit plus de 70 % de la production de bois.

 

L'activité de sciage est ainsi peu encouragée à rechercher des procédés de diversification vers le bois d'œuvre ou d'autres débouchés.

 

L'effet tempête se traduisant par une diminution importante de la ressource pour les 15 ans qui viennent, on peut craindre que le poids de l'industrie papetière freine les velléités d'adaptation de la production à de nouveaux marchés tels que la biomasse ou la construction.

 

 

La filière viticole

 

La viticulture demeure l'activité principale par le chiffre d'affaire qu'elle génére, les emplois qu'elle procure, le rayonnement qu'elle offre à la presqu'île dans le monde entier.

 

Avec 16 000 hectares, le vignoble médocain fournit 15 % de la production totale en Bordeaux rouge (100 millions de bouteilles).

 

Jusqu'en 2007, 60 % étaient vendus sur le marché français et 40 % à l'exportation. La crise est passée par là : en 2009, la filière enregistre une baisse de 20 %.

 

Depuis plus de deux siècles, la viticulture médocaine a vécu de périodes fastes en périodes de crises parfois aigues. Elle en traverse une liée, entre autres, au rétrécissement du marché.

 

Sur le territoire, l'emploi viticole représente environ 3 500 CDI et un volant entre 8 000 et 12 000 emplois en CDD, ce qui signifie pour une majorité de salariés, une installation dans la précarité.

 

 

Un segment stratégique : les matériaux composites (450 emplois)

 

Des entreprises employant une main d'œuvre qualifiée, produisant de la recherche/développement, positionnées sur les marchés extérieurs.

 

C'est un secteur qui représente un enjeu à l'échelle régionale et qui devient pour le Médoc un segment stratégique par ses capacités d'innovation, de développement et d'entraînement du tissu économique local.