Cartes et dessous des cartes

Vous êtes ici :   Accueil > Cartes et dessous des cartes


En quelques mots...

Qualifiée de presqu’île par ses habitants, le Médoc est une véritable péninsule dont la forme évolua au fil des âges. Terre en mouvement, territoire en mutation, à travers les cartes, le Médoc se lit d’hier à aujourd’hui.

 

 

 

1- Le temps du mouvement

Pagum médulum, pays du milieu, le Médoc est délimité par deux lignes d’eau, l’océan atlantique à l’Ouest, l’estuaire de la Gironde à l’Est.

La forte singularité de cette presqu’île provient de l’omniprésence d’une nature qui ordonne autant qu’elle est gérée.

Une longue histoire géologique et physique a marqué la presqu’île du Médoc. L’eau y fit souvent bouger les lignes, comme en témoigne cette carte.

Cordouan alors était une île comme la Pointe de Grave, l’estuaire échancrait profondément la rive, de telle manière que la ville de Lesparre était un port.

Quant au littoral atlantique, il était constitué d’un chapelet de cordons dunaires indépendants.

 

 

Le Médoc est civilisation de l’eau.

Les médocains sont des gascons maritimes.

 

 

 

2- Le temps des fixations

A la fin du 19ème siècle, après les grands travaux d’endiguement et d’assèchement, la presqu’île devient plus maîtrisée.

Les mattes, les marais fixent une nouvelle géographie, le vignoble se déploie sur les graves.

Côté ouest, à l’arrière du cordon dunaire, la pinède est installée. A l’intérieur apparaît la forêt de pins cultivée.

Sur 3.500 hectares, les mattes sont des terres à blés, on y cultive des céréales pour l’alimentation animale et pour l’industrie agro-alimentaire.

Les prairies naturelles de grande qualité permettent l’élevage extensif de bovins de race à viande comme la limousine et la blonde d’Aquitaine.

Le vignoble, il occupe désormais plus de 16 000 hectares. Après les tempêtes de 1999 et 2009, la forêt représente encore plus de 135 000 hectares.

 

Le Médoc est une civilisation de l’eau avec une histoire agricole.


 

3- Le temps des mutations

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

 

Avec 90 420 habitants, le Médoc a connu ces huit dernières années une progression constante de sa population, avec une moyenne de 1,5% par an. Cette dynamique démographique est due en grand partie à un desserrement de la métropole bordelaise.

 

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

 

Bassin de vie important, il y perdure une armature urbaine historique multipolaire. Castelnau, Pauillac, Lesparre regroupent une offre de services de niveau élevé, des pôles intermédiaires complètent cette offre sur l’ensemble du territoire.

Le Médoc est entré dans le temps des mutations entre activités traditionnelles, viticulture et sylviculture positionnées aujourd’hui sur des marchés mondiaux et un faisceau de TPE et PMI positionnées sur des secteurs développant de nouveaux savoirs-faire (informatique, mécanique de précision, matériaux composites).

 

 

A côté de l’atout nature, le Médoc joue la carte de l'attractivité.